Rugby au Stade de France

Le week-end du 4 avril fut bien rempli et les occasions de sortir l’appareil n’ont pas manqué. Entre le baptême d’Anthonin et le match de rugby au Stade de France (Stade Français / Clermont) le D300 a chauffé et la nouvelle carte 32Go a montré sa capacité sans fin ! Beaucoup de rencontres également avec des photographes amateurs, bref, une journée très enrichissante.

illustration rugby.jpg

Je ne suis pas un grand amateur de rugby mais depuis la coupe du monde qui s’est déroulée en France, j’avoue m’y intéresser nettement plus. La communication autour de ce sport a tellement augmenté depuis quelques mois qu’il est impossible de louper l’annonce d’un gros match. J’ai donc profité de l’opportunité de mon comité d’entreprise pour aller rejoindre les gradins du Stade de France quelques heures. A ma surprise, l’ambiance est très…. familiale. Difficile de comparer avec un match de foot car je n’en ai vu qu’un et c’était pendant la coupe du monde en Allemagne: ambiance excellente assurée!

Je prend ou je prend pas ?

J’ai un peu hésité à emporter mon appareil avant d’y aller mais j’ai finalement tout pris. Aucun soucis à l’arrivée. Au contrôle, petite question du vigile en voyant mon sac à l’épaule:
– « c’est un réflex? »
– « oui » lui dis-je en entrouvrant le sac et imaginant déjà avoir à le laisser aux consignes.
– « c’est bon, vous pouvez y aller » me répond il avant même d’avoir vu l’appareil !

On est loin des matchs et concerts où le public est ultra contrôlé pour prévenir de tous problèmes. D’ailleurs je n’ai jamais compris pourquoi dans ces cas, les réflex sont considérés comme dangereux. J’imagine mal un spectateur, même mal intentionné, jeter dans la foule son appareil à quelques centaines (milliers?) d’euros !

Choisir le matériel…

Je commence à avoir une belle collection d’objectifs. Surtout qu’en ce moment, j’ai les miens mais aussi ceux de mon oncle avec son D300. J’ai longuement hésiter entre prendre le 18-200 ou le couple 17-55 et 70-300. C’est sur ce dernier choix que je me suis arrêté sans aucun regret:

  • D300
  • 17-55 mm f/2.8
  • 70-300 mm f/3.5 – 5.6 VR
  • Carte Kingston 32Go

Placé à mi-hauteur au milieu du terrain j’avais un angle de vue parfait pour utiliser le 70-300 pendant le match. C’est la première fois que j’utilise ce caillou. Quel bonheur ! Le 18-200 est spectaculaire, mais là c’est incroyable ! La luminosité du stade était très bonne, surtout que le match s’est joué en pleine après midi. Facile donc de prendre les clichés à 1/500s voir plus rapide, ce qui, avec la stabilisation de dernière génération intégrée à l’objectif (VR II) assure des images parfaitement nettes. Je suis tellement bleufé que je me demande si je vais encore avoir besoin de louer un 80-400mm pour le salon du Bourget.

Le 17-55 mm est parfait pour les prises de vue grand angle dans le stade. Mais je n’ai pas suffisamment pris la peine de switcher mes objectifs. J’ai besoin de m’entrainer pour changer rapidement les objos. J’ai essayé d’imaginer de jeter à 5 m de hauteur un objectif, pendant son vol, enlever celui installé et le ranger puis récupérer celui en vol pour le mettre en place d’un geste. Un switch en quelques secondes, mais trop risqué à mon goût. ;-)

Développement des images

Profitant de la carte 32 Go, j’ai pris tous les clichés en RAW + JPEG Fine. Ce qui représente la meilleure qualité d’enregistrement. J’ai surtout fait cela pour contrôler la capacité de la carte. L’occasion de voir que l’appareil sous estime largement la capacité de photo disponible. De 1.1K annoncé au départ, j’aurais normalement pu tirer environ 1.5K soit près de 400 photos supplémentaires !

500 clichés pour 80 minutes de jeu. Cela représente une moyenne d’une photo toutes les 10 secondes. Faut dire que le match était rempli d’action, que les pompom girls étaient très sympa et que les filles du Moulin Rouge étaient une occasion immanquable !

Aperture m’a permis de trier très rapidement toutes ces images. De la même manière que pour New York où j’avais classer ma quartier ou activité, j’ai choisi ici de classer par action de jeu pour faire ressortir chaque meilleure action. Les retouches sont minimales pour ce reportage: quelques recadrages mais surtout un rééquilibrage de niveau afin de rendre à la pelouse sa couleur bien verte d’origine. Je ne sais pas si c’est le fait de prendre les photos de très loin, ou le fait d’être dans un stade, mais l’atmosphère était comme rempli d’un léger brouillard qui s’est bien sûr reporté sur les photos. Pas grave, une petite relève des noirs et le phénomène est corrigé.

Bilan apprentissage de ce reportage ?

Ce shooting fut la première occasion d’utiliser un super zoom comme le 70-300 mm. La prochaine occasion que je ne veux surtout pas manquer est le salon du Bourget. J’ai donc examiné au mieux les clichés de cette journée pour comprendre comment je pourrais améliorer la qualité (le piqué) des images la prochaine fois. Un débriefing avec un photographe amateur m’a fait comprendre que j’avais utilisé l’objectif un peu trop dans ses plages extrêmes et qu’il me suffisait de réaliser quelques tests en modifiant l’ouverture pour en trouver le meilleur réglage à 300 mm.

Crop à 100% sur le véhicule radio commandé pris au 300 mm au milieu du terrain

rugby_crop100.jpg

Le piqué est correct vu la distance mais on pourrait avoir encore mieux en ne shootant pas à l’ouverture maximale de l’objectif. A moi de trouver le meilleur rapport performance / piqué pour le Bourget …

Pour ceux qui voudraient le résumé du match, voici un lien vers l’article du 20 minutes. Moi, je n’ai que des images à vous proposer …

Bon zieutage (attention deux pages)

4 Responses to “Rugby au Stade de France”

  1. Simons dit :

    Superbe tes photos et l’article. Un très bon endroit pour s’entrainer ce terrain de rugby. Les couleurs et le mouvement sur les photos les rendent impressionnantes.
    Bravo,
    Sim

  2. Georges dit :

    Très sympa, toujours aussi bons shows au Stade de France.

  3. PoSKi dit :

    Très jolies photos !

    Le stade de France n’est malheureusement pas le meilleur stade pour shooter … les tribunes « montent » trop ! Par contre, pour avoir une bonne vision du jeu il est génial !

    En passionné de rugby, toulousain oblige ! et amateur de photo (450D+18-55+70-200F4L), je m’arrange généralement pour être au plus proche de la pelouse (rien de plus simple à Toulouse, surtout à Ernest Wallon). Ça permet de ne pas shooter de dessus, et sur les photos ont se sent mieux au coeur de l’action.

    J’ai pas mal de photos d’ovalie sur mon Flickr : (par contre on a pas le même niveau !) http://www.flickr.com/photos/florentpuissegur/

    Et j’espère que le rugby t’a séduit !

  4. Bonjour, ce billet est vraiment bien traité. Merci pour l’info.

Leave a Reply